Partagez|

Tu ne m'as pas laissé le temps

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
″ Capitaine Crochet
Messages : 35
Date d'inscription : 30/12/2012
Pièces d'or : 47
MessageSujet: Tu ne m'as pas laissé le temps Lun 4 Fév - 21:29


Anésidora Ҩ hook



J'reste avec mes souvenirs.




Voilà quelques jours à peine que Hook avait quitté Nerverland. Définitivement il pensait car il n’y avait plus de haricots. Durant ses nombreuses années au pays des enfants perdus, il n’avait pas non plus vieillit, une aubaine pour trouver un plan. Cependant forcé de constater qu’il n’avançait pas d’un pouce il avait préféré revenir dans son monde. Plus de personnes devaient connaître le Ténébreux et peut-être qu’il trouverait une personne qui sait comment venir à bout de lui. Très vite il reprit ses vieilles habitudes de pirate. Dès que son bateau fut accosté, ses hommes et lui prirent possession d’une taverne. Le même genre de Taverne où il avait rencontré Milah. Seulement aucune des femmes présente n’attirait son attention. Il ne se voyait tout bonnement pas faire la cours à quiconque, même pour une histoire d’un soir. Il aurait l’impression de trahir sa défunte bien aimée. Car malgré les années, son cœur lui appartenait toujours. Cela dit voilà, il avait des besoins tout à fait naturels et légitimes pour un homme. Aussi éperdument amoureux qu’il était encore de sa douce il ne pouvait passer le reste de sa vie sans quelques agréables compagnies. Puisse-t-elle lui pardonner.

Sans prévenir, il se leva de sa chaise et sorti de cette taverne étouffante. Ses hommes pouvaient bien se passer de lui quelques temps, d’ailleurs la plus part étaient déjà bien ivres et n’avait pas remarqué son départ. La nuit était fraiche et sombre. De gros nuages menaçaient de déverser une pluie battante et on ne distinguait même pas la douce lumière de la lune. La mer allait être agitée. Clap, clap, clap. Les bottes du pirate résonnaient sur les dalle humides au sol et la pluie se mit à tomber finement, glaçant l’homme jusqu’aux os. Qu’importe, il savait exactement où il voulait aller. Plus tôt dans la journée il s’était renseigné au près de quelques hommes qui jouaient aux cartes, ils lui indiquèrent le chemin du seul bordel de la ville. Espérons que les filles de cette maison close soient agréables à regarder et à… Anyway…

La musique et les rire qui provenaient d’une grande bâtisse lui confirmèrent qu’il tait arrivé à bon port. A l’entrée deux hommes d’une taille remarquable étaient debout devant la porte et semblaient prêt à vous arracher la tête avec les dents à tout moment. Killian Jones les salua d’un signe de tête. L’un des deux hommes jaugea le nouvel arrivant mais le pirate fit titiller les pièces d’or présentes dans sa poche, indiquant aux deux malabars qu’il avait de quoi payer. Vite qu’ils se dépêchent, il commençait à être trempé. Finalement le plus grand d’entre eux lui ouvrit la porte le laissant pénétré dans ce qui semblait être un grand salon muni d’un bar. Plusieurs hommes étaient assis à des tables buvant de grande choppe de ce qui semblait être de l’alcool. Des femmes étaient assises sur leurs genoux. Le pirate se dirigea vers le bar, sorti quelques pièces de sa poche et indiqua à la personne derrière ce même bar qu’il souhaitait une fille pour la nuit. Cette femme était plus âgée que les autres, habillée de manière plus décente et luxurieuse. La maquerelle surement. Après avoir pris quelques renseignements sur ses goûts elle lui indiqua un numéro de chambre. Killian ne tenait pas à s’attarder d’avantage dans ce salon et gravi les quelques marches qui menaient à un long couloir. Une dizaine de porte se trouvaient devant lui. Il chercha le numéro 6 et une fois devant frappa deux coups sec avant d’entrer dans la pièce. La chambre était assez joliment décorée, confortable, et bien ma fois il avait connu des bordels plus sordides, pour vu que son occupante soit à l’image de la chambre. La lumière était tamisée de plusieurs bougies et une agréable odeur d’encens lui chatouilla les narines. Sur le lit une jeune femme était allongée dans une position pour le moins équivoque. Le pirate s’avança d’un pas assuré mais s’arrêta en plein milieu de la pièce.

Bon sang ! Non ce n’était pas vrai ! Devant lui se tenait la réplique exacte de Milah. Mais ce n’était pas possible Milah était morte. Et l’occupante de cette chambre semblait plus jeune qu’elle. Son esprit lui jouait-il des tours ? Voyait-il Milah dans chaque femme ? Non impossible ! Les mêmes yeux verts, les mêmes longs cheveux bruns ondulés, la même peau de porcelaine. Il en avait le souffle coupé. Killian était comme pétrifié n’osant plus faire le moindre geste.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
″ Anésidora
Messages : 74
Date d'inscription : 21/01/2013
Pièces d'or : 96
MessageSujet: Re: Tu ne m'as pas laissé le temps Lun 4 Fév - 22:35


Anésidora & Hook


Cela commençait à faire un moment que la belle Anésidora était seule dans sa chambre, une bonne chose, enfin oui et non. Il est vrai que dans ces moments-là elle ne savait plus du tout à quoi s'attendre, c'était souvent quand elle pensait enfin pouvoir être tranquille qu'on lui envoyait quelqu'un et en général c'était loin d'être un beau parti. Maintenant elle était habituée, elle essayait de ne plus faire attention aux hommes qui venaient la voir, elle leur disait ce qu'il voulait entendre de la façon dont elle pensait qu'il voulait l'entendre et pour le reste, elle était ailleurs, une autre personne prenant sa place.

Cela faisait plusieurs années qu'elle était prisonnière de ce bordel, une esclave sexuelle vendue par ses propres parents qui n'avaient pas tentés une seule fois de la contacter, oubliée par sa famille et condamnée à satisfaire les besoins d'hommes plus laids les uns que les autres, autant dire que la jeune femme était résignée. Elle n'avait pas cherché à s'enfuir, on disait ici que celle qui avait essayé n'avait pas réussi et pourtant on ne les voyait plus, ce n'était peut-être qu'une légende, des bruits de couloirs se faufilant dans les chambres pour s'assurer que l'investissement du propriétaire des lieux reste bien à sa place sans faire de vagues. Pour sa part, Anésidora était de celle qui détestait être ici, mais même si elle avait voulu partir, elle n'aurait personne à rejoindre, ni ses parents qui l'avaient honteusement trahit et qui avaient profité d'elle pour gagner de l'argent, ni ses frères et soeurs dont les plus grands savaient certainement ce qui se passait, mais sans jamais lui envoyer un quelconque message de soutien.

Trop calme, c'était l'heure où les clients affluaient généralement, assez tard, les tavernes commençaient à se vider et les ivrognes du coin venaient s'amuser avec des jeunes femmes qui n'allaient pas les repousser. Ne souhaitant pas rejoindre les autres dans le salon principal de peur que la maquerelle ne la désigne pour aller avec l'un de ces porcs complètement ivres au bar, c'était ceux qui la dégouttaient le plus, la jeune femme prit soin d'allumer des bougies dans toutes la chambre, elle en disposait quelques-unes près de la fenêtre qui menait sur un chemin pavé, très peu fréquenté et pour cause, presque tout le monde connaissait les activités pratiquées dans le bâtiment où elle était et mis à part les hommes qui venaient seulement pour cela, on ne voyait pas grand monde. En jetant un coup d'oeil, son regard se posa sur un homme vêtu de noir, il avait une démarche assurée et même si elle ne distinguait nullement son visage, elle essayait de l'imaginer, espérant secrètement qu'il était séduisant. Malheureusement pour elle, s'il y avait bien des hommes charmants qui venaient ici, elle n'en avait pas vu beaucoup.

Prenant une grande inspiration elle se laissa tomber sur son lit, fermant les yeux quelques instants et essayant d'imaginer le visage que pouvait bien avoir cet homme. Elle avait de la chance d'avoir beaucoup d'imagination, car les rêves, c'était tout ce qui lui restait, tout du moins, elle ne s'imaginait pas sortir d'ici avant d'être devenue vielle, ou laide, peut-être même les deux. En y repensant, elle aurait préféré s'enfuir le jour où elle avait croisé cet homme étrange au marché, le jour où il était venu chez elle pour l'acheter. Si elle avait su c'est certainement ce qu'elle aurait fait, partir très loin et ne jamais revenir, ses parents n'en auraient été que plus déçu de ne pas avoir droit à l'argent qu'ils auraient eu la vendant au premier venu.

Quelques minutes plus tard, alors qu'elle commençait à s'endormir, elle sursauta, quelqu'un venait de frapper à sa porte, elle se redressa rapidement, s'allongeant sur le lit comme on le lui avait montré à son arrivée, passa rapidement sa main dans ses longs cheveux bruns pour qu'ils ne restent pas aplatit et que la personne qui frappait croit qu'elle l'attendait. Elle ne dit pas un mot, laissant l'homme entrer dans la chambre. Une fois qu'il eut franchit le pas de la porte, la jolie brune le regarda de bas en haut, aussi discrètement qu'elle le pouvait. A sa plus grande surprise il était vraiment beau, il avait une allure sur de lui, il était plutôt bien habillé aussi et surtout, il avait des yeux magnifiques, si beaux qu'elle avait envie de se perdre à l'intérieur. Autant dire qu'il n'avait absolument rien de ses amants habituels et elle se demandait même ce qui pouvait conduire un homme de sa stature dans un endroit comme celui-ci. Alors qu'elle n'avait pas fait un mouvement, l'homme était resté au milieu de la pièce, la fixant sans bouger, ni même parler. Elle se redressa légèrement, ce qui lui sauta aux yeux, c'était sa main gauche, enfin l'emplacement de sa main gauche, à la place se trouvait un crochet argenté. Elle n'avait jamais rien vu de tel et les questions fusèrent dans sa tête sans qu'elle ne dise rien, comment avait-il perdu sa main ? Pourquoi la remplacer par un crochet ? Il avait l'air plutôt à l'aise, ce n'était pas le genre d'homme à être intimidé, pourtant rien ne se passait, la jeune femme commençait à croire qu'elle ne lui plaisait pas. Elle descendit du lit, lentement, s'avançant vers lui, ses yeux plongés dans ceux du charmant jeune homme. Elle déposa sa main sur son bras droit, descendant lentement jusqu'à toucher la main de l'homme de ses longs doigts fins.

« Bonsoir… »
© fiche créée par ell



Dernière édition par Helen Hale le Mar 12 Fév - 12:42, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
″ Capitaine Crochet
Messages : 35
Date d'inscription : 30/12/2012
Pièces d'or : 47
MessageSujet: Re: Tu ne m'as pas laissé le temps Mer 6 Fév - 0:34


Anésidora Ҩ hook



Ces morceaux de passé comme un miroir en éclats de verre.




Troublé. Killian était plus que troublé. Son esprit lui jouait-il des tours ? Non impossible il se souvenait à la perfection du visage de sa bien aimée, malgré les années qui étaient passées. Et devant lui se trouvait l’exacte réplique de Milah, en un peu plus jeune peut-être. Comme tétanisé le pirate n’osait pas bouger, respirant à peine et n’osant pas briser le silence. Il devait avoir l’air d’un parfait crétin mais il s’en fichait, Milah était devant lui et elle brisa le silence la première.

«Bonsoir… »

L’homme sorti petit à petit de sa torpeur réalisant où il était. Non ce n’était pas Milah en face de lui, sa voix n’était en rien ressemblante. Il était bel et bien dans un bordel et devant lui se tenait une catin. Cependant jamais encore avant il n’avait éprouvé un tel élan d’affection pour une fille de joie. Il se contentait d’assouvir ses besoins, de payer et de repartir sans avoir prononcé un mot. Mais là, il n’avait plus du tout envie d’assouvir un quelconque besoin. Au contraire il avait tout simplement envie… de serrer la jeune femme dans ses bras, fermer les yeux et imaginer que c’était bel et bien son défunt amour qui se trouvait devant lui. Bon sang ce qu’elle lui manquait. Il avait envie de hurler de chagrin. De tuer tellement il avait la haine. Ou tout simplement de tourner les talons et s’enfuir très vite loin de cette chambre, loin de cette femme qui lui ressemblait tellement. Mais le pirate n’en fit rien. Conscient que l’émotion pourrait faire trembler sa voix il se racla la gorge un coup.

« Bonsoir »

Le grand Hook habituellement si sûr de lui n’osait pas bouger d’un pouce devant une femme. Elle devait le prendre soit pour fou soit pour très timide. Elle devait être habituée aux hommes qui entraient dans cette chambre, prenaient leur dû et repartaient sans un mot, comme il l’avait fait lui-même si souvent. Mais là il n’avait plus envie de rien, si ce n’est s’assoir sur ce lit et pleurer de frustration contre le buste de la jeune femme. Bien sûr il n’en ferait rien, il était un homme un vrai. Il n’avait pas lâché une larme pour la mort de Milah, encore moins lorsqu’on eut jeté son corps à l’eau. Il gardait sa souffrance en lui, elle était le meilleur des carburants et l’aidait à peaufiner sa vengeance. Cependant il avait payé pour être avec cette fille toute la nuit. Seul hic, il n’avait plus envie de rien. Mais puisqu’il était là pourquoi ne pas discuter avec elle, avec un peu de chance elle aurait de l’esprit et serait d’une compagnie agréable. Surement qu’elle le prendrait pour un fou, mais tant pis. Il avait simplement envie d’entendre à nouveau le son de sa voix, plonger son regard dans ses prunelles grises et pourquoi ne pas plonger sa main dans ses cheveux d’ébène.

Enfin, Killian consenti à faire un geste. Il avança sa main vers celle de la jeune femme. Elle était chaude dans la sienne froide et humide. Quelques gouttes de pluies perlaient sur ses cheveux et tombaient sur sa nuque. Sans un mot il attira la jeune femme à lui, torse contre torse, il voulait simplement respirer l’odeur de ses cheveux, la voir de plus près. Bon sang, elle était encore plus ressemblante, il allait devenir fou.


« Comment t’appelles-tu ? »

Sa voix était plus rauque que d’ordinaire mais qu’importe, il voulait uniquement l’entendre parler à nouveau, profiter de cette nuit pour rêver un peu et malheureusement repartie au petit matin le cœur meurtri et la frustration plus grande.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
″ Anésidora
Messages : 74
Date d'inscription : 21/01/2013
Pièces d'or : 96
MessageSujet: Re: Tu ne m'as pas laissé le temps Mer 6 Fév - 10:30


Anésidora & Hook


L’homme était tellement calme, c’était tout à fait inhabituel pour elle et Anésidora ne savait plus comment elle devait faire, il semblait perdu dans ses pensées et pourtant il la regardait intensément, le genre de regard profond qui semblait pénétrer au plus profond de son âme, ce même regard qu‘elle avait vu en rêve, lorsqu‘elle imaginait qu‘un homme pouvait tomber amoureux d‘elle. Le plus étrange, était qu‘il ne cherchait pas à regarder son corps, comme n’importe lequel des hommes qui entraient ici. C’était surprenant, ne voulant pas le brusquer, la jolie brune se contentait de rester là, immobile, c’était loin d’être désagréable à vrai dire. Ce beau jeune homme lui donnait l’impression de ne plus être qu’une prostitué parmi tant d’autre, un objet uniquement destiné à assouvir les besoins d’hommes qui repartiraient ensuite aussi vite qu‘ils étaient venus. Un sentiment qu’elle ressentait pour la première fois depuis qu’elle était installée ici, dans cette même chambre. Quand il consentit à rompre à nouveau le silence qui commençait à se faire une nouvelle fois une place, ce ne fut que par un bref bonsoir, simple. Trop court pour être analysé, décidément, elle n’arrivait pas à le cerner et pourtant c’était l’une des choses pour lesquelles elle était le plus douée généralement, découvrir les pensées des gens quelles qu’elles soit simplement au son de leurs voix ou en les regardant.

Au contact de ses doigts, la jeune femme sentit des frissons parcourir son corps, ils étaient froids, pas étonnant étant donné qu’il venait de rentrer à l’abri et qu’il pleuvait averse dehors, ça aussi, c’était une sensation qu’elle avait oublié, sentir la pluie dégouliner sur ses joues ou même une simple brise lui caressant le visage. Elle n’avait pas l’interdiction de sortir, mais elle détestait le faire, car elle avait une sainte horreur des regards méprisant que lui lançait tous ceux qu’elle avait le malheur de croiser, c’était comme ci tout le monde savait, comme ci les femmes éloignaient leurs maris en la voyant de peur qu’elle n’essaye de les attirer, c’était un cauchemar éveillé. Elle qui fut un temps était si appréciée des autres dans son petit village, elle aurait donné n’importe quoi pour qu’on lui sourît à nouveau amicalement en la saluant dans la rue.

La situation avec son nouveau prétendant n’avait pas avancé pendant de longues secondes, minutes, en fait elle n’avait pas la moindre idée du temps qui avait pu passer, il l’avait attiré contre lui. Les yeux fermés, elle passait délicatement sa main sur le torse du beau brun, forcée de constater que son cœur battait la chamade. Pourquoi ? Elle n’en avait pas la moindre idée, à vrai dire elle avait l’impression que c’était son propre cœur qu’elle sentait et non celui de l’homme.

« Comment t’appelles-tu ? »


A ces mots la demoiselle ouvrit les yeux, relevant la tête, jamais encore un homme ne lui avait posé cette question, les autres n’en avaient rien à faire de son nom et préféraient sans doute ne pas le savoir pour éviter de se tromper de prénom lorsqu’ils s’adresseraient à leurs femmes. Une étincelle lui traversait les yeux, Anésidora, c’était ça son nom, pourtant plus personne ne l’appelait comme ça depuis bien longtemps. Tout le monde l’affublait de surnom comme ma jolie, ou d’autres bien moins flatteurs. Ce fut donc après quelques instants qu’elle lui répondit d’une voix douce et calme.

« Je me nomme Anésidora. »

Elle n’avait pas le droit de lui retourner la question, la règle était simple ici, elle devait répondre aux exigences de ces messieurs, mais ne jamais rien leur demander en retour, quand à les appeler, elle ne savait pas, certains aimaient qu’elle les vouvoies, d’autre non, elle était comme programmé pour attendre les instructions, c’est aussi à cause de ça qu’elle avait l’impression d’être devenu un objet. Sa main toujours contre le torse du jeune homme, elle la laissait vagabonder le long de celui-ci, il était mouillé, mais elle n’y prêtait même plus attention.
© fiche créée par ell



Dernière édition par Helen Hale le Mar 12 Fév - 12:42, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
″ Capitaine Crochet
Messages : 35
Date d'inscription : 30/12/2012
Pièces d'or : 47
MessageSujet: Re: Tu ne m'as pas laissé le temps Ven 8 Fév - 22:54


Anésidora Ҩ hook



Mais à quoi ça sert ?




Je me nomme Anésidora. »

Cette simple phrase réussi à électriser le beau pirate qu’était Killian. Cette voix… Elle différait en tous points de celle de Milah, plus aigüe, plus trainante, mais elle était absolument charmante. Oui parle encore belle sirène, montre lui que tu diffères en tous points de sa défunte bien aimée.

« Anésidora » répétât-il pour lui-même

Voilà un prénom bien singulier. D’après ses souvenirs Anésidora était l’autre nom donné à Pandore. Une légende que le pirate connaissait bien, comme pas mal de choses d’ailleurs. Il n’en avait pas l’air ainsi mais le jeune homme avait reçu une éducation très bourgeoise, ses parents étaient des notables de son village. Il avait reçu les meilleurs enseignements donnés par des précepteurs réputés. Il était promis à un brillant avenir, déjà tracé d’avance, son épouse avait été choisie alors qu’il n’était encore qu’un enfant. Mais lui rêvait de voyager et sa vie ne lui convenait pas. Voilà comment il en était arrivé à être pirate.

« Ainsi, tous les mots de la terre sont de ta faute… Mais je dois avouer que tu as bel et bien la beauté d’Aphrodite... »

Il ne s’attendait pas à ce qu’elle comprenne. Peut-être n’avait-elle pas été instruite. Peut-être même, et surement qu’elle s’en fichait. Qu’importe, il ne volait pas son temps, il l’avait payé. Même si maintenant le but premier n’était plus évident. Elle devait d’ailleurs le trouver étrange, depuis quelques minutes qu’il était là il ne lui avait fait encore aucune avance. Ca serait mentir que de cacher le but premier de la venue de Hook. Il voulait juste une femme pour passer sa nuit. Une simple rencontre charnelle, assouvir ses besoins et s’en aller. Mais maintenant qu’il était là, avec cette demoiselle qui ressemblait tellement à son amour, il n’avait plus envie de partir, ni même de coucher avec elle. Simplement de parler. Inutile qu’il lui donne son prénom en retour, d’ailleurs très peu de gens l’appelaient Killian, préférant nettement son surnom, de plus elle devait très certainement s’en moquer.
Un frisson lui parcourut l’échine lorsqu’il senti la main de la jeune femme bouger sur son torse faisant accélérer sa respiration et battre son cœur de plus belle. Bon sang ; il n’avait pas vraiment eu l’occasion d’assouvir ses désirs durant les longues années passées à Neverland. Il espérait pouvoir rattraper le temps perdu une fois de retour dans ce monde mais ses plans étaient farouchement compromis à cet instant. Oh bien sûr Anésidora l’attirait au plus haut point, il ne pouvait en être autrement elle ressemblait tellement à Milah. Mais justement cette ressemblance avait calmé ses ardeurs et surtout elle l’avait troublé au plus haut point. A cet instant précis il ne savait absolument pas comment sa nuit allait finir. Tout ce qu’il savait c’est qu’il était bien, à cet instant précis, en tenant la jeune femme dans ses bras.

Le grand brun se recula de quelques centimètres et encra ses yeux dans ceux de la jeune femme. Wawoooo, il ne l’avait pas remarqué avant mais ils étaient tout simplement époustouflants. Les contours étaient bleus, le centre vert tacheté de marron, il n’avait encore jamais croisé un si beau regard. Comment diantre cette si belle femme avait fait pour se retrouver ici ? Sans qu’il ne puisse réfléchir les mots franchirent le seul de sa bouche.



« Comment as-tu fait pour te retrouver dans cet endroit sordide ? »










Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
″ Anésidora
Messages : 74
Date d'inscription : 21/01/2013
Pièces d'or : 96
MessageSujet: Re: Tu ne m'as pas laissé le temps Sam 9 Fév - 13:50


Anésidora & Hook


« Ainsi, tous les mots de la terre sont de ta faute… Mais je dois avouer que tu as bel et bien la beauté d’Aphrodite... »

Cet homme était vraiment surprenant et plus les minutes passaient, plus Anésidora était subjuguée par lui. En plus d’être l’un des seuls à lui avoir demandé son prénom depuis quelle se trouvait dans cet établissement, il semblait qu’en plus il connaissait l’histoire de celui-ci et même qu‘il s‘y intéressait. Anésidora, Pandore, elle avait entendu cette histoire lorsqu’elle était enfant, l’un de ses voisins la lui avait conté pour qu’elle comprenne les origines de son prénom, cependant cela faisait bien longtemps qu’elle n’y avait plus pensée, en y réfléchissant mieux, ce nom lui correspondait très bien, car mis à part le mensonge dont elle n’avait pas hérité, elle avait belle et bien une très grande curiosité. Curiosité qui malheureusement en étant enfermé ici, n’avait pas vraiment l’occasion d’être satisfaite. La beauté d’Aphrodite, elle qui n’était pas habituée aux compliments, elle n’en avait jamais imaginé de plus beau que celui-ci, de toute évidence, ce bel inconnu connaissait bien l’art et la manière de parler aux femmes et la jolie brune ne parvint pas à dissimuler le sourire qui se forma sur ses lèvres aux mots du pirate.

« On m’a déjà dit que je portais bien mon prénom, mais jamais de façon aussi agréable. » 

Alors qu’il reculait légèrement elle avait de nouveau l’occasion de plonger mon regard dans le sien, ses magnifiques yeux bleus, elle osait à peine imaginer ce qu’ils avaient pu voir, ça se voyait qu’il n’était pas de ces gens qui reste dans leur petit village toute leur vie, comme elle l’aurait probablement fait elle-même si elle n’avait pas été emmené ici. Pourtant depuis qu’elle était privée de liberté, elle se rendait compte à quel point elle aurait aimé voyager, voir le monde et pas simplement par la fenêtre d’une chambre dans un bordel. Ce qui l’intriguait le plus, c’était ce crochet, il devait en avoir à raconter des histoires incroyables à ce sujet, des voyages, des monstres et des combats, rien qu’en y pensant elle avait les yeux qui brillait d’envie, elle ne demandait que ça en savoir plus sur lui, mais elle ne pouvait pas lui demander, après tout il n’était certainement pas venu pour qu’une fille de joie lui pose des questions sur sa vie et bien qu’elle ne savait pas exactement ce qu’il voulait, elle avait juste envie qu’il reste encore avec elle, longtemps avant de la laisser retourner près de sa fenêtre pour rêver.

« Comment as-tu fait pour te retrouver dans cet endroit sordide ? »

Cette question, c’était une question qu’elle s’était posé des milliers de fois, peut-être pas de la même façon évidemment, comment en était-elle arrivé là ? Comment ses propres parents avaient pu la trahir ainsi ? Ou encore, l’avaient-ils jamais aimée, ou n’était-elle qu’un moyen de gagner de l’argent un jour ? Avec les années, elle avait eu le temps d’y réfléchir, sans jamais trouver de réponses qui la satisferait, quand à l’expliquer, elle ne savait pas vraiment si elle réussirait à le dire sans s’écrouler. Pourtant, elle ne devait pas, il n’avait surement pas envie d’entendre des lamentations d’une pauvre fille dont les parents ne voulaient pas et qui était devenu une vulgaire esclave pour les hommes qui venaient la voir.

« C’est une longue histoire… Pour l’essentiel, je dirais que le propriétaire d’ici a proposé assez d’argent à mes parents pour qu’ils acceptent de me vendre. »

Jamais encore elle ne l’avait dit à haute voix, l’émotion était surement communicative, mais elle avait réussit à ne pas pleurer et c’était déjà beaucoup. Le sourire sur son visage s’était éteint sans qu’elle ait pu le contrôler, personne ici ne s’intéressait à ce genre d’histoire, d’ailleurs chacune des filles en avait une, certaines étaient venues de leur plein gré, d’autres avaient probablement été enlevées ou trouvées dans la rue…
© fiche créée par ell



Dernière édition par Helen Hale le Mar 12 Fév - 12:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
″ Capitaine Crochet
Messages : 35
Date d'inscription : 30/12/2012
Pièces d'or : 47
MessageSujet: Re: Tu ne m'as pas laissé le temps Lun 11 Fév - 23:16


Anésidora Ҩ hook



C'que j'voulais te dire




On m’a déjà dit que je portais bien mon prénom, mais jamais de façon aussi agréable. »

Certes il n'avait rien à voir avec les hommes qui fréquentait habituellement ces lieux. D'ailleurs lui-même se serait bien passé de les fréquenter. Mais il était un homme, avec ses envies et ses pulsions. Bien qu'encore éperdument amoureux de sa défunte compagne, il ne pouvait rester une éternité sans toucher à une femme. N'allez pas croire, il a été fidèle à Milah durant toute la période qu'ils avaient passé ensemble, et même des années après sa mort. Mais son corps avait des envies. Il ne se voyait pas séduire une femme, lui conter fleurette durant des heures, ça serait trahir la mémoire de son amour. Alors il fréquentait des mieux comme celui-ci où il n'avait pas pas à promettre monts et merveilles, où il n'avait pas à séduire et surtout pas à s'engager sentimentalement.
Cependant aux mots de la jeune femme le pirate haussa sensiblement un sourcil accompagné d'un sourire séducteur. Sacré Hook, chasse le naturel et il revient au galop. Séducteur il l'était certainement, il aimait plaire, laisser s'installer des situations à double sens, dire des phrases plus qu'ambiguë. C'était sa façon à lui de s'amuser. Mais là en l'occurrence le compliment était sincère et il fut ravi qu'il plaise à la jeune femme car même dans ce genre d'endroit il tenait à rester un gentleman. Cependant il devait avoir qu'habituellement il se contentait de faire ses affaires et de partir sans un mot. C'était la première fois qu'il prenait la peine de discuter avec sa compagnie du soir et même de lui demander son prénom. Quelques fois certaines avaient essayer de le faire revenir, mais c'était une règle chez lui: jamais deux fois la même prostituée. Cependant, il sentait qu'Anisedora allait faire exception.

Maintenant qu'il s'était écarté de quelques centimètres il se permit un regard vers le corps de la jeune femme. Ma foi, elle était fort plaisante à regarder. Peut-être plus petite que Milah, mais les mêmes formes généreuses et tellement féminines. Sentant une partie de son anatomie se réveiller, le pirate posa une question qui eu le dont de refroidir l'atmosphère.


« C’est une longue histoire… Pour l’essentiel, je dirais que le propriétaire d’ici a proposé assez d’argent à mes parents pour qu’ils acceptent de me vendre. »

Quel idiot ! Quelle idée de poser une telle question ? Hook se gifla mentalement et son cœur se serra de voir son regard si triste. Il ne voulait pas lui rappeler de mauvais souvenirs. Étrangement son histoire lui rappela quelque peu celle de Milah. Prisonnière dans une vie qu'elle n'avait pas choisie, avide de liberté.

« Je parie que tu te sentirais à ton aise à bord de mon navire.»

Pour peu, il l'enlèverait comme il l'a fait avec son amour. Mais elle n'était pas elle et ça serait cruel de lui faire miroiter de fausses joies simplement pour épancher son cœur meurtri.
Néanmoins le pirate lui prit la main et la fit asseoire sur le lit. Il prit place à côté d'elle, son cœur retrouvant enfin un rythme normal.


« J'ai connu une femme comme toi une fois. Une femme que j'ai aimé... »












Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
″ Anésidora
Messages : 74
Date d'inscription : 21/01/2013
Pièces d'or : 96
MessageSujet: Re: Tu ne m'as pas laissé le temps Mar 12 Fév - 10:28


Anésidora & Hook


« Je parie que tu te sentirais à ton aise à bord de mon navire.»

Ces simples mots, ils résonnaient dans la tête de la belle brune, quoi de plus beau que de rêver de voyage, de voir le monde à bord d'un navire, d'autant plus lorsqu'on est enfermé. Bien entendu, Anésidora était consciente qu'il n'avait dit cela que pour la réconforter et cela avait fonctionné malgré que cette phrase seule n'ait pas tellement d'impact sur sa vie. L'océan, voguer pour l'éternité sur des eaux inexplorées, une vie faite d'aventures et où aucun jour ne ressemblerait au précédent, cela devait être tellement agréable, en bonne compagnie encore davantage. Un navire, il possédait donc un bateau, elle était assez contente d'en apprendre plus sur lui sans avoir à poser des questions, elle appréciait qu'il se livre un peu à elle, bien qu'elle restait une prostituée dans un bordel, elle avait l'impression d'être enfin considéré comme une jeune femme.

« J’imagine que vous avez du en voir des choses incroyables, pour ma part je n’ai jamais vu l’océan. »


Elle le regardait rêveuse, ses mots étaient bien-sûr pesés pour ne pas qu’il se sente obliger de répondre à quoi que ce soit, l’habitude surement, même si elle mourrait d’envie de lui poser des centaines de questions, elle s’abstenait.

« J'ai connu une femme comme toi une fois. Une femme que j'ai aimée... »

Une femme comme elle, Anésidora était resté perplexe à cette affirmation, elle ignorait ce qu'il voulait dire par là. Peut-être une femme aussi belle qu'elle, cela aurait été étonnant qu'il ait aimé une simple fille de joie auparavant, mais ce qui la choquait le plus c'était le temps qu'il avait employé, le passé. Ses yeux changèrent radicalement, elle serrait la main du beau jeune homme, sentant la tristesse dans sa voix. Elle n'avait qu'une envie, le prendre dans ses bras pour le réconforter, bien entendu elle n'en fit rien, se contentant de s'asseoir à côté de lui, ne détachant pas une seconde son regard de son visage.

« Une femme comme moi ? »

Cette question était sorti d'elle-même, avant qu'elle eu le temps de s'en rendre compte sa curiosité avait pris le dessus. Elle baissa les yeux un instant, espérant secrètement ne pas l'avoir mis mal à l'aise, c'était la dernière chose qu'elle aurait voulu. Néanmoins, elle n'avait aucun moyen de retirer sa question, autant laissé faire et de toute façon il n'aura pas à y répondre s'il n'en avait pas envie. La jeune femme était tout simplement fascinée par son histoire, elle n'avait jamais rencontré de marin auparavant. Marin ou pirate d'ailleurs, elle n'avait pas encore déterminé cela, quoi que le crochet qu'il avait à la place de sa main lui faisait davantage pensée à un pirate, ceci ajouté à sa posture si sûre d'elle. Peu importe, elle se garderait bien d'emmètre le moindre jugement au sujet de sa profession, après tout elle n'était pas irréprochable elle-même. Les histoires de pirates avaient toujours éveillés en elle une certaine admiration, la liberté d'aller où on souhaite sans avoir de comptes à rendre à personne, elle n'imaginait pas avoir à faire du mal à qui que ce soit, d'ailleurs en regardant son charmant hôte elle avait du mal à l'imaginer semer la terreur sur les mers.
© fiche créée par ell

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
″ Capitaine Crochet
Messages : 35
Date d'inscription : 30/12/2012
Pièces d'or : 47
MessageSujet: Re: Tu ne m'as pas laissé le temps Mar 12 Fév - 14:45


Anésidora Ҩ hook



Reste sur des pages blanches




Oh oui il en avait vu des choses incroyables. Il avait connu des endroits magnifiques, des paysages exotiques. Mais la vie de pirate n’était pas toujours toute belle. Il avait affronté des tempêtes effroyables, faillit perdre la vie à plusieurs reprises. Quelques fois quand l’or manquait la vie était rude, à peine de quoi se mettre sous la dent. De plus, la manière qu’il avait n’était pas vraiment honnête, il volait des navires, des trésors. Néanmoins pour rien au monde il ne changerait de vie. Son navire était son plus fidèle compagnon, ses hommes, malgré leur manque certain d’éducation, des matelots hors paire. Le pirate avait quitté sa famille très tôt mais ne regrettait pas celle qu’il avait trouvée.

Ainsi la jeune femme n’avait jamais vu l’océan. Quelle triste chose. Difficile de se sentir plus libre que sur les mers. Peut-être que s’il l’avait rencontré dans d’autres circonstances, si Milah n’était jamais entré dans sa vie, il se serait épris d’elle. Il l’aurait enlevé à son destin sinistre et lui aurait fait une place de choix auprès de lui, sur son bateau. Peut-être même qu’il en serait tombé amoureux. Mais il n’était pas question de ça. Il ne pouvait oublier Milah si facilement, même si la ressemblance était troublante. Et puis d’ailleurs en aurait-elle envie ? C’était une prostituée, c’était son rôle d’être avenante. Que ce soit lui où un autre, elle devait feindre l’intérêt et écouter un vieux loup des mers parler. Qu’importe, pour la première fois depuis très longtemps il prenait plaisir à parler avec quelqu’un. Cependant les yeux bleus de Hook s’assombrirent en formulant à voix haute sa phrase.

« Une femme comme moi ? »

Oh elle devait penser qu’il parlait d’une prostituée, que nenni. Avec un sourire mélancolique il lui répondit.

« Ce n’était pas une prostituée… mais je suppose que toutes les deux avez eu une vie qui ne vous convenait pas. Elle rêvait de liberté, de voyager cependant la vie en avait voulu autrement… jusqu’à ce qu’elle me rencontre… »

Il marqua un court arrêt, souriant de bon cœur cette fois-ci. Se rappeler les années de bonheur auprès d’elle le remplissait de joie. Mais voilà, justement, il ne lui restait que des souvenirs.

« Tu as dû remarquer mon trouble en entrant. C’est que physiquement tu lui ressemble beaucoup aussi. »

Il approcha sa main démunie de crochet vers son visage et effleura sa joue de son pouce, sa peau était douce sous ses doigts. Si les parents de la jeune femme avaient été plus aimants et aurait refusé l’offre de cet homme, Hook était sûr qu’elle aurait eu une belle vie. Belle comme elle l’était, les prétendants n’auraient pas manqué et elle n’aurait eu que l’embarras du choix. Elle aurait épousé un homme qu’elle aimait, aurait eu des enfants avec lui. Mais avec des si…

Le pirate se rendit compte qu’il commençait à avoir une affection certaine pour la prostituée. Cela ne faisait que quelques minutes qu’il était là mais il était si facile de lui parler. Elle ne posait pas beaucoup de questions, sûrement son métier qui faisait ça. Puis des tonnes d’hommes doivent lui parler de tout et n’importe quoi. Des histoires elle a dû en entendre, cependant si elle était ennuyée elle ne laissait rien paraitre. Oh Hook ne jugeait absolument pas son métier, lui-même ne gagnait pas sa vie de manière très honnête, mais ça le chagrinait de se dire que cette vie elle ne l’avait pas choisie. Tout le monde devrait avoir le choix de mener la vie qui lui plait.


« Tu dois me trouver étrange je pense. Et je dois t’avouer que j’étais venu ici dans un but bien précis, tu t’en doute. Mais cette ressemblance avec Mil… la femme que j’ai connue m’a déstabilisé et je me retrouve ici à te parler de tout et n’importe quoi de la même manière que le font mes hommes lorsque ils ont trop bu. »

Le voilà qui parlait encore à tord et à travers. Le pirate se donna une gifle mentale. Il n’était pas souvent déstabilisé, la dernière fois remontait au soir de sa rencontre avec Milah. Il avait parlé durant des heures, lui racontant ses voyages, juste pour faire briller les étoiles dans ses yeux et la faire sourire. Le voilà qu’il recommençait. Quelques secondes s’écoulèrent durant lesquels le pirate regardait intensément la jeune femme en face de lui, la main toujours sur sa joue. Il voulait l’embrasser, voir s’il ressentait les mêmes choses qu’avec Milah, si son esprit s’évadait de la même manière, si ses lèvres étaient aussi douces et pleines. Alors il s’approcha de quelques centimètres et posa ses lèvres sur les siennes en fermant doucement les yeux. Ce n’était pas un baiser à proprement parlé, une simple pression lèvres contre lèvres. Il savait qu’elle n’allait pas le repousser c’était son métier. Mais libre a elle d’approfondir ou non ce baiser.









Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
″ Anésidora
Messages : 74
Date d'inscription : 21/01/2013
Pièces d'or : 96
MessageSujet: Re: Tu ne m'as pas laissé le temps Mar 12 Fév - 17:48


Anésidora & Hook


Alors qu’il s’employait à décrire la femme qu’il avait aimée, Anésidora fut surprise de constater qu’effectivement, elle avait beaucoup en commun avec cette jeune femme. Une vie qui ne leur convenait pas, ça oui… C’était ce que la jeune femme se répétait sans arrêt et forcée de constater qu’elle n’était pas la seule, même si leur destin avait sans doute été différent, elle ne souhaitait à personne ce qui lui était arrivé. Quant aux rêves de liberté, la jolie brune n’avait plus que ça à quoi se raccrocher, rêver de s’enfuir, si elle avait eu ne serait-ce qu’une petite chance de réussir sans être poursuivit ou pire, elle l’aurait fait depuis bien longtemps. Le problème était que comme elle avait été payé, elle était désormais et pour le temps qui conviendrait aux dirigeant de ce bordel, leur propriété. Bien qu’elle ignorait les conditions de vie de cette autre femme, elle était heureuse de savoir que finalement elle avait échappé à ce destin, laissant peut-être un petit espoir pour qu’elle s’en sorte elle aussi.

« Tu as dû remarquer mon trouble en entrant. C’est que physiquement tu lui ressemble beaucoup aussi. »


C'était donc ça qu'il avait vu en entrant, c'était à la fois rassurant et en même temps étrange, rassurant dans le sens où elle avait plutôt cru qu'elle ne lui avait pas plus et d'un autre côté, la jeune femme croyait dur comme fer que le hasard faisait bien les choses parfois. Cette maison close, ce soir précisément et cet homme qui était rentré dans sa chambre, tout était rassemblé pour la laisser croire que sa théorie était peut-être vraie.

Elle ne répondait rien, bien qu'elle aurait eu envie de lui poser d'autres questions sur cette mystérieuse femme, elle avait l'air d'être formidable, seulement elle avait également remarqué que le regard du beau pirate avait changé. Il était surement arrivé quelques choses à cette femme pour qu'elle ne soit pas avec lui et elle n'avait aucune envie de raviver des souvenirs douloureux. Après tout, elle devait lui faire passer un bon moment et pas lui faire du mal en parlant à tord et à travers de sujet qui ne la regardait absolument pas. Néanmoins, elle était touchée par cet inconnu qui se livrait à elle, il parlait avec une telle passion qu'elle avait l'impression qu'ils étaient amis alors qu'ils ne s'étaient rencontrés que quelques minutes auparavant. A la seconde même où la main du jeune homme effleura sa joue elle eut comme un électrochoc qui parcouru sa colonne vertébrale, elle fermait les yeux quelques secondes afin de profiter de ce contact. En les ouvrant elle découvrit une autre pièce du puzzle, un tatouage sur le poignet du pirate, elle ne le regarda qu'un instant pour ne pas qu'il remarque qu'elle l'avait vu, elle n'eut donc pas le temps de lire ce qui était gravé, mais nul doute qu'il devait s'agir du prénom de cette femme qu'il aimait.

« Tu dois me trouver étrange je pense. Et je dois t’avouer que j’étais venu ici dans un but bien précis, tu t’en doute. Mais cette ressemblance avec Mil… la femme que j’ai connue m’a déstabilisé et je me retrouve ici à te parler de tout et n’importe quoi de la même manière que le font mes hommes lorsque ils ont trop bu. »


Il était touchant, pas étrange, en fait elle n'avait pas pensé une seconde du mal de lui, bien au contraire, elle appréciait grandement sa compagnie. Quelle femme ne l'aurait pas apprécié d'ailleurs ? Surtout que ce qu'il racontait avait vraiment du sens, elle n'avait pas l'habitude d'avoir de réelle conversation avec les hommes et encore moins ceux qui venaient en ayant bu plus que de raison, rien de pire que le charabia incompréhensible d'un homme soûl comme une grive.

« Etrange pas du tout, à vrai dire je ne m'attendais pas à passer une si bonne soirée... Et crois-moi, j'ai connu des hommes soûls et si cela peut te rassurer, tu es bien plus éloquent et plaisant à écouter. »

Elle lui adressait un sourire sincère, elle voulait qu'il la croit, car contrairement à d'habitude, elle ne jouait pas la comédie, elle était réellement sous le charme de ce beau brun. Alors que leurs visages se rapprochaient, le coeur de la jeune femme s'accélérait, elle était nerveuse, c'était une chose dont-elle n'avait pas l'habitude, après tout elle avait l'habitude d'embrasser n'importe lequel de ses amants. Il était différent, il n'avait encore rien tenté envers elle et elle ne supportait pas l'idée de pouvoir le décevoir. Elle fermait les yeux, ses lèvres effleurèrent celle du charmant pirate, passant délicatement sa main dans les cheveux de celui-ci pour lui donner un tendre baisé. Elle ne le jouait pas celui là, elle s'était réellement attaché à lui en si peu de temps, peut-être tout simplement, car il était le seul depuis bien longtemps à bien la traiter et qu'elle n'avait pas à se forcer pour une fois.
© fiche créée par ell

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
″ Capitaine Crochet
Messages : 35
Date d'inscription : 30/12/2012
Pièces d'or : 47
MessageSujet: Re: Tu ne m'as pas laissé le temps Lun 25 Fév - 3:03


Anésidora Ҩ hook



Sur lesquelles je peux tirer un trait




Ce baisé n’était en rien ressemblant à ceux qu’il avait échangé avec Milah. Plus doux et lent moins passionné et brulant. Néanmoins il en était tout aussi agréable. Hook n’avait plus échangé de tel baisé depuis des années. Il avait embrassé d’autres femmes mais c’était fade et sans intérêt, comme les nuits qu’il passait avec elles. De simples moments lubriques destinés à assouvir ses pulsions les plus animales. Le pirate soupira de bien-être et un frisson lui parcourut l’échine en sentant la main de la jeune femme dans ses cheveux. Electrisé le pirate rapprocha Anésidora de lui en passant sa main au creux des reins de cette dernière tendit que sa langue se glissa dans sa bouche. C'était fabuleux, complètement, incroyablement fabuleux. Toute la frustration contenue de Killian semblait se relâcher. Sa main quitta le creux de ses reins pour se placer derrière la nuque de la jeune femme, enfouissant ses doigts dans la base de ses doux cheveux. Les petits coups de la langue qu’il donnait créaient une chaleur qui menaçait de le brûler vivant. Sa main redescendit et commença à parcourir son dos, glissant sur ses vêtements, appréciant les courbes et les creux qu'il mourait d'envie de toucher. A cet instant précis il regretta de ne plus avoir sa seconde main afin de pouvoir parcourir d’avantage le corps de la brune. A cette pensée, une partie de son anatomie semblait se réveiller. Le choc à cette sensation fut électrifiant.

Haletant pour trouver un peu d'air, Hook détacha ses lèvres de celles d’Anisédora, mais il n'eut pas le temps de réfléchir qu’il plongea sur le cou de la jeune femme effleurant ce dernier de ses dents. Il adressa une légère morsure sur sa peau là où son cou devenait son épaule et ses doigts se resserrèrent convulsivement sur son dos en respirant son odeur à plein poumons. Il voulu l’allonger sur le lit et continuer à l’embrasser mais la situation commençait à déraper et s’il faisait ça il ne pourrait plus se contrôler. Il avait certes très envie d’elle mais le pirate ne voulait sous aucun prétexte qu’elle pense qu’il était comme les autres hommes qui venaient la voir et qui ne voulaient que passer une nuit avec elle. Oui à cet instant précis le pirate avait décidé de revenir la voir quelques fois, souvent… De toute façon il avait prévu de rester quelques temps dans ce village, on murmurait qu’un puissant sorcier y vivait mais qu’il se cachait comme un ermite. Alors le temps qu’il resterait ici il ne se priverait pas de la compagnie de la belle jeune femme. Stoppant son baiser le pirate s’éloigna de quelques centimètres, à bout de souffle mais néanmoins souriant.


« Pardon Milady, où sont passées mes bonnes manière ? Il faut dire que la vue d’une telle beauté ne me facilite pas la tâche. »

Il marqua un court arrêt avant qu’une idée ne lui vienne en tête

« As-tu le droit de sortir d’ici ? »

Au dehors la pluie avait cessée. Killian adorait lorsque la pluie s’arrêtait. Les rues restaient généralement encore désertes, il fallait contourner les flaques d’eau et les pavés étaient glissants mais il aimait l’odeur qu’on pouvait sentir dans l’atmosphère lorsque la pluie cessait. Une odeur particulière et indescriptible. Un coup d’œil par la fenêtre lui apprit que le ciel commençait à se dégager, les nuages poussés par une légère brise. On arrivait à distinguer quelques étoiles et la lune entièrement. De toute façon pourquoi ne pouvait-elle pas sortir d’ici ? Il avait rémunérer ses services pour la nuit, ceci était un service comme un autre. Car le pirate avait envie de la faire monter à bord de son bateau, de contempler le ciel avec elle, et de voir le soleil se lever à l’horizon. Durant quelques heures elle pourrait oublier son triste sort et lui le sien. Il lui adressa un petit sourire en attendant sa réponse.









Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
″ Anésidora
Messages : 74
Date d'inscription : 21/01/2013
Pièces d'or : 96
MessageSujet: Re: Tu ne m'as pas laissé le temps Lun 4 Mar - 23:32


Anésidora & Hook


C’était comme si le temps s’était arrêté, la jolie brune avait l’impression d’avoir tout oublié, jusqu’à l'endroit où elle était et pourquoi, à cet instant précis, elle n’était qu’une fille et plus une esclave. Enfin tout ça c’était dans sa tête, bien sûre que ce pirate n’était là que parce qu’il avait payé et malgré tout, elle profitait de chacune de ses caresses, de ses baisés qui étaient de plus en plus passionnés, leurs deux corps rapprochés au maximum, elle pouvait sentir le moindre de ses mouvements sentant une immense chaleur s’emparer d'elle alors qu’elle promenait ses mains le long du corps de ce beau jeune homme, maintenant son corps collé au sien, lui rendant chacun de ses délicieux baisés, pour rien au monde elle n’aurait voulu que ce moment se termine et la ramène à la triste réalité, elle n’était qu’une prostitué et peut-être uniquement ça pour le jeune homme, malgré ce que son esprit s’efforçait d’imaginer. Les yeux fermés, elle profitait de chaque contact, penchant sa tête en arrière dégageant ses longs cheveux bruns pendant qu’il l’embrassait dans le cou.

Alors que les choses devenaient plutôt incontrôlable, le pirate s’arrêta, détachant son corps de celui de la jeune femme qui ouvrit ses grands yeux, décidément, il n’en finissait pas de la surprendre. Non pas qu’elle n’aurait pas eu envie de continuer dans cette voix avec lui, mais elle avait l’impression qu’il ne voulait pas simplement coucher avec elle, qu’il voulait plus que ça, retrouvant lentement sa respiration.

« Pardon Milady, où sont passées mes bonnes manière ? Il faut dire que la vue d’une telle beauté ne me facilite pas la tâche. »

Un sourire radieux se forma de nouveau sur le visage d’Anésidora, se mordillant la lèvre inférieur, essayant de réaliser que pour une fois, elle n’était plus un objet, mais une femme, une belle femme qui plus est. Tout du moins c’est qu’il lui montrait, peut-être était elle en train d’imaginer quelque chose qui n’était pas réelle, après tout, quelles étaient les possibilités que ce beau jeune homme s’intéresse à une simple fille de joie, rien d’autre qu’un morceau de viande, une vision agréable destinée à tout homme voulant combler un manque, affectif ou physique. Cette pensée ne l’enchantait guère, mais elle aurait été stupide de se laissé aller à croire qu’il en était autrement ou en tout cas pas tant qu’elle n’aurait pas eu une raison d’y croire, une vrai bonne raison destinée à lui faire oublier tous les grands drames de sa vie qui n’étaient que jusqu’à présent, un enchainement de hasards, plus malheureux les uns que les autres. Si la chance pouvait tournée pour une fois, une seule et unique fois, elle aurait souhaité de toutes ses forces que ce soit celle-ci, ses yeux plongés dans ceux de ce bel inconnu, de ce marin, ce pirate qui semblait avoir connue tant de chose dont-elle rêvait secrètement depuis sa plus tendre enfance.

« Tu as le droit de sortir d’ici ? »

D’instinct, la jeune femme tourna la tête vers la fenêtre derrière elle, regardant les dernières gouttes de pluie glisser le long des carreaux, son regard changea du tout au tout, sortir ? Pour aller où se demandait-elle, elle qui avait toujours eu légèrement peur de l’extérieur, une peur que ses détenteurs s’amusaient à cultiver de manière à garder leurs petites protégés bien au chaud dans leur chambre pour en tirer d’avantage de profit. Il n’y avait pas à réfléchir, évidemment qu’elle serait ravie de faire un tour en bonne compagnie et malgré tout, respirer l’air de l’extérieur ne pouvait lui faire que le plus grand bien.

« Tant que l’on sait où je vais. Je peux sortir oui ! »

Un sourire enfantin se dégagea de son visage, par on, elle entendait la maquerelle qui était toujours au courant de tout dans cet endroit et qui avait pour habitude d’envoyer l’un de ses gorilles pour ramener les filles un peu trop aventureuse qui avait l’audace de ne pas revenir d’elle-même au moment venu. Anésidora se leva du lit doucement, en profitant pour attraper sa cape en velours verte émeraude pendue non loin de là, c’était l’un de ses rares privilèges, de beaux vêtements, la clientèle de ce bordel aimait avoir à faire à des filles présentables et non pas à des pauvresses vêtues de haillons. Elle se rapprocha de son invité lui tendant la main délicatement, intérieurement, les émotions se bousculaient, l’appréhension, la peur, la joie, la soif d’aventure. Elle ignorait bien laquelle de ses émotions étaient la plus communicative, en tout cas, elle avait un grand désir de voir où il allait l’emmener et peut-être même en savoir plus sur lui. Imaginant par avance le regard de la maquerelle qui lui lançait toujours le même alors qu’elle sortait -bien que c’était très rare-, un regard qui voulait dire plein de choses et avant tout, un avertissement, une façon de faire comprendre à n’importe quelle fille sa place dans ce monde, cette place qui devait rester la même.

« Où allons-nous alors mon chers ? »
© fiche créée par ell


♠ ♣ ♥ ♦ ♠ ♣ ♥ ♦ ♠ ♣ ♥ ♦



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Tu ne m'as pas laissé le temps

Revenir en haut Aller en bas

Tu ne m'as pas laissé le temps

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» temps de chargement d'un swf sur l'appel d'un bouton ?» [résolu] Départ d'une animation sur un temps suivant l'heure» [Résolu] reglez le temps de l'animation sur un swf ?» Temps de réponse au démarrage des locos» Exemple de compteur de temps de jeu avec achevements
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once upon a time ::  :: •• les habitations-